Toulon  Var agglomération Qualité France Média Economie Culture Justice et injustices Cuverville sans frontière Cuverweb pratique
Maison fondée à Toulon en 1995

LETTRE D'INFORMATION | CONTACT

Loulou et le doigt d’Hubert

vendredi 1er février 2008
par TWL

À Toulon, la nomination des candidats UMP pour les cantonales se fait sur le même principe que la constitution de la liste pour les municipales : l’index d’Hubert désigne l’heureux(se) élu(e). Parfois c’est le majeur qui pointe, et alors là bien sûr le message est différent. Philippe Goetz et Louis Bernardi en savent quelque chose.

JEAN Bombin est passé proche de la correctionnelle, repris de justesse par Dieu le Père. Qui est Jean Bombin ? Un concept électoral, une éventualité, quelqu’un dont on n’aura jamais autant parlé que lorsqu’il faillit ne pas être nominé. Quant à Philippe Goetz, un orthodontiste n’étant pas près de pointer à l’ANPE, il peut bien retourner travailler plus pour gagner davantage, peut-être même en zone franche, rejoignant ainsi la cohorte des SDF (Sans Difficultés Financières) qui ont transféré leur bureau au centre-ville de Toulon, où les Porsche Cayenne des professions libérales ont pourtant du mal a stationner.

Le vrai drame, c’est la sortie de scène de Loulou de la Loubière. Qu’un cul- terreux de Pignans lui signifie son éviction est encore plus cruel.

Cette année, lors du gala des avocats, une chanson était consacrée à Louis Bernardi : « Quelqu’un m’a dit qu’il plaidait encore ». Ce titre et l’air qui va avec montrent à quel point les professionnels du Droit s’y connaissent en chant sacré [1]. L’hommage célèbre les 60 ans de barre de Loulou. Tout le monde sait que la vie commence à 60 ans, depuis qu’une autre gloire de la variété française en fin de parcours l’a révélé dans le transistor. Tout part de là ? Et bien non : tout s’achève au coeur de l’Assemblée départementale que Loulou pratique depuis 35 ans ! Une honte !

Des couloirs du Palais de justice aux places de la Loubière, Bernardi crie au scandale. Il dit la vérité : Huberman s’est lamentablement dégonflé et, plutôt que l’affronter, préfère lui envoyer une inconnue dans les pattes... Une femme ! Elle se nomme Hélène Audibert, est déjà adjointe à la rénovation urbaine.

Mais au juste, que peut-on légitimement reprocher à Louis Bernardi ?

Son âge ? Regardez Arthur Paecht : malgré ses artères, les mandats du maire de la Seyne ne sont pas contestés (enfin, pas trop) ! Et si Arthur ne se déplace plus sans son chauffeur, Louis pilote sa Subaru au frein à main dans les épingles du quartier. 83 ans au compteur ! Il les enterrera tous, à commencer par Fidel Castro, son cadet d’un an (mais des analyses scientifiques l’ont prouvé : le Toulonnais est physiquement supérieur au Cubain).

Son passé arreckxien ? nombreux furent touchés par le doigt de Maurice à l’époque, et il n’est pas le seul encore en lice à avoir biberonné à l’UDF anti-gaulliste (n’est ce pas Hubert ?). Vous l’apprendrez sans doute, mais Louis fut candidat aux législatives le 2 janvier 1956 en qualité de président des Jeunesses radicales socialistes varoises. Il avait 32 ans. Ou était-ce un homonyme ? Quoi qu’il en soit, une telle longévité force le respect, bordel !

Son sexe ? Si la parité doit nous priver de nos plus verts anciens, c’est une régression sociale, je suis désolé.

Loulou a pris comme suppléante une certaine Florence Michel, épouse d’un ancien adjoint FN de Jean-Marie Le Chevallier. Dans Var matin, le 22 janvier, Bernardi explique qu’elle « ne partage pas les convictions » de son mari, ce qui n’est pas vrai selon l’aveu même de l’intéressée (correction apportée six jours plus tard dans le même journal), mais de toute façon on s’en fout, le plus important est que Bernardi lui-même partage les convictions politiques du mari de sa suppléante. Le radical-socialisme mène à tout.

C’est pourquoi nous lançons cette supplique : électeurs du septième canton, tenez bon ! Non au jeunisme ! Sachant que le PS envoie lui aussi une femme à l’assaut de la citadelle (Magali Denunzio), l’heure est vraiment grave. Est-ce que vous croyez vraiment que des représentantes du sexe faible sont en mesure de payer des coups à la civette de la Loubière ?

Imprimer Imprimer

[1] Le chant sacré d’une femme de chanoine.

Répondre à cet article

<span style='text-transform: uppercase;'>Élections 2008</span>
Retour vers la rubrique
<span style='text-transform: uppercase;'>Toulon Var agglomération</span>
Dans le m?me dossier
Entre deux tours
(12/03/2008) (20 messages)
Entretien avec Jean-Louis Masson
(25/02/2008) (4 messages)
La fille est l’avenir de son père
(24/02/2008) (7 messages)
Entretien avec André de Ubeda (Toulon vraiment à gauche)
(22/02/2008) (3 messages)
Kamel Amraoui : le troisième homme ?
(19/02/2008) (6 messages)
Entretien avec Robert Alfonsi
(19/02/2008) (8 messages)
Entretien avec Hubert Falco
(08/02/2008) (7 messages)
Municipales et cantonales
(05/02/2008)
Entretien avec Joël Canapa : des idées sans idéologies ?
(04/02/2008) (2 messages)
Le roman d’anticipation dont un proche d’Arthur Paecht est le héros
(27/01/2008) (2 messages)
Les br?ves
La Farlède : le Parti Radical de Gauche soutient un candidat de droite à l’insu de son plein gré
(29/02/2008) (1 message)
Changement de génération au Pradet
(06/02/2008) (10 messages)
Maison Vitel, hommes de bien de père en fils
(25/01/2008) (7 messages)