Toulon  Var agglomération Qualité France Média Economie Culture Justice et injustices Cuverville sans frontière Cuverweb pratique
Maison fondée à Toulon en 1995

LETTRE D'INFORMATION | CONTACT

Kamel Amraoui : le troisième homme ?

Municipales 2008
mardi 19 février 2008
par Eric Litot

Jeudi 31 janvier 2008, 18h30. Un bar peu engageant du centre de La Garde. Kamel Amraoui, 38 ans, annonce officiellement sa candidature à la mairie de La Garde. C’est le troisième candidat officiel après le maire sortant, Jean-Louis Masson, et son challenger, Joël Canapa.

KAMEL Amraoui illustre parfaitement le divorce constaté entre les élites politiques et le citoyen, divorce dont les plus actifs veulent atténuer les effets négatifs en créant des associations "citoyennes", ou en refondant les partis (l’UDF qui devient le Modem, la LCR qui se cherche un nouvel avenir, le PS qui n’en finit pas de se désintégrer). Kamel AMRAOUI est donc issu d’une jeune association de La Garde, Le Mouvement Citoyen Gardéen. Il ne se présente sous aucune étiquette et participe ainsi à la très en vogue danse du printemps : « Ni Droite, Ni Gauche » ou la valse des étiquettes [1].

Qu’à cela ne tienne ! Mais que propose Kamel Amraoui ? Quand on l’écoute ou qu’on le lit, on se prend à rêver. Des mots nous flattent les oreilles comme sincérité, honnêteté, solidarité ou dignité, des expressions nous titillent l’intelligence telles que démarche citoyenne, démocratie participative ou développement durable.

Il parle d’emploi et de partenariat avec l’entreprise (qui par exemple favoriserait l’embauche des locaux en fonction du droit de s’implanter) ; il présente aussi son idée de démocratie participative qui pourrait dans un premier temps s’incarner dans la co-réalisation du budget [2] par les élus et les citoyens. Il fustige ainsi les projets décidés sans concertation avec la population comme les 300 villas de Sainte-Musse ou le pôle aquatique, propose d’organiser les conseils municipaux à des horaires accessibles aux personnes qui travaillent ; il s’interroge enfin sur l’absence de perspectives environnementales dans une des régions les plus ensoleillées de France. Pourquoi aucun diagnostic sur les énergies renouvelables n’a-t-il été organisé, quels seraient les périmètres d’intervention respectifs de la collectivité et des particuliers, pourquoi aucun investissement n’a-t-il été effectué en ce sens (investissement qui serait peut-être déjà amorti) ?

Kamel Amraoui a un discours intéressant et un profil original, mais quand on compare son programme à celui de Joël Canapa, on ne peut s’empêcher de constater des similitudes troublantes jusque dans les expressions et formules utilisées. Alors pourquoi, malgré les appels répétés et les propositions concrètes, ne pas avoir décidé de travailler ensemble ?

Certes, les candidats poids lourds ont un passé qui les définit et qui pèse sur leurs propositions de campagne : ils n’ont pas la virginité politique de Kamel Amraoui. Encore ne faudrait-il pas confondre virginité et candeur. Comment par exemple faire campagne en ignorant l’emploi du temps de ses adversaires [3] ? Comment défendre d’un côté la démocratie participative et le débat qui en découle, et de l’autre refuser tout compromis avec un adversaire finalement assez proche ? Comment peut-on en même temps constater que Joël CANAPA se détache des appareils de partis et refuser le partenariat qu’il propose au motif qu’il est affilié à un parti ?

D’aucuns pensent que Kamel Amraoui est le sous-marin piloté par Jean-Louis Masson pour torpiller la "gauche" gardéenne. Il incarne plus certainement une volonté de faire autrement de la politique.

Acteur naïf ou pas, de par sa situation professionnelle [4], il réalise, en se lançant dans la course municipale, un geste civique et politique fort.

Imprimer Imprimer

Pour se faire une idée : http://www.kamelamraoui.org/

[1] Tout comme Joël CANAPA qui dissout ses origines communistes dans un large rassemblement de compétences issues des rangs du PCF, du PS du Modem et de l’UMP, et tout comme Jean-Louis MASSON dont on finit par se demander s’il a jamais adhéré à une structure partisane. Les deux candidats principaux ont manifestement senti le danger d’une filiation trop marquée à une quelconque organisation.

[2] Un des arguments de campagne de Jean-Louis Masson est que 120 Millions d’euros ont été investis ! Certes, cela fait beaucoup d’argent, mais relativement au budget global cela représente quel pourcentage ? Et pour quoi ?

[3] Joël Canapa présentait sa liste ce même soir au centre Gérard Philippe ...et beaucoup de monde s’y était déplacé.

[4] Il est employé municipal à La Garde en disponibilité pour 3 mois.

Répondre à cet article

  • Kamel Amraoui : le troisième homme ? 23 février 2008, par michel (2 r?ponses)
  • Kamel Amraoui : le troisième homme ? 20 février 2008, par bob (2 r?ponses)
<span style='text-transform: uppercase;'>Élections 2008</span>
Retour vers la rubrique
<span style='text-transform: uppercase;'>Toulon Var agglomération</span>
Dans le m?me dossier
Entre deux tours
(12/03/2008) (20 messages)
Entretien avec Jean-Louis Masson
(25/02/2008) (4 messages)
La fille est l’avenir de son père
(24/02/2008) (7 messages)
Entretien avec André de Ubeda (Toulon vraiment à gauche)
(22/02/2008) (3 messages)
Entretien avec Robert Alfonsi
(19/02/2008) (8 messages)
Entretien avec Hubert Falco
(08/02/2008) (7 messages)
Municipales et cantonales
(05/02/2008)
Entretien avec Joël Canapa : des idées sans idéologies ?
(04/02/2008) (2 messages)
Loulou et le doigt d’Hubert
(01/02/2008)
Le roman d’anticipation dont un proche d’Arthur Paecht est le héros
(27/01/2008) (2 messages)
Les br?ves
La Farlède : le Parti Radical de Gauche soutient un candidat de droite à l’insu de son plein gré
(29/02/2008) (1 message)
Changement de génération au Pradet
(06/02/2008) (10 messages)
Maison Vitel, hommes de bien de père en fils
(25/01/2008) (7 messages)