Cuverville
Toulon Var agglomération
Article mis en ligne le le 11 /03 /2003
Dans Toulon à vélo on dépasse les moccos
par Bourbaki

Les gros mollets de Cuverville, abandonnant les collines environnantes, ont enfourché leurs vélos pour aller voir ce qu’il se passait en plein coeur de Toulon. Ces derniers temps, d’étranges signalétiques au sol auraient fait leur apparition. En route, port du casque conseillé.

La mode étant à ce que certains appellent le développement durable, il est bien vu d’implanter des pistes cyclables. Le citoyen peut en effet effectuer des trajets courts non polluants, désengorger la ville de ce flot continuel de voitures, et lutter contre les triglycérides en pédalant. Même la sécurité sociale en sort gagnante. Le problème à Toulon, c’est qu’un farfelu bien intentionné a dû tomber sur quelques seaux de peinture verte et une pile de vtt magazine : visite guidée.

Nous avons bien cherché et ce n’est pas une piste cyclable que nous avons trouvée, mais plutôt quelques tronçons ayant tous la même particularité : ils commencent et se terminent à des endroits ou la circulation automobile est dense, et sont ainsi difficiles d’accès.

En partant du rond point du général Bonaparte, devant le port de commerce, commence un tronçon qui emprunte le trottoir !

La cohabitation avec les piétons peut paraître délicate, si l’on en juge à l’importante signalétique. A noter : c’est le seul endroit au cours de ce reportage où nous ayons vu quelqu’un emprunter les voies réservées.

Après avoir longé le port de commerce, traversé plusieurs passages piétons, le tronçon emprunte l’avenue des tirailleurs Sénégalais. Cette fois, hors de question d’emprunter le trottoir, sur la route et plus vite que ça ! La proximité des terrains militaires certainement...

Puis vient Bazeilles, avec un vrai tronçon derrière le Tennis Club du Littoral. Il ne dure malheureusement que 200 mètres. Vous pouvez toujours faire quelques allers-retours si le coeur vous en dit.

Un peu plus loin, l’église Pie X. Votre objectif : réussir à emprunter ce tronçon. Si vous y parvenez, vous êtes fin prêt à circuler parmi les voitures, alors à quoi bon faire des détours pour emprunter la piste cyclable ?

Arrivé au Champs de Mars, deux options s’offrent à vous : suicidaire, vous emprunterez le couloir des bus direction la place Noël Blache, et non suicidaire, vous bifurquerez vers la faculté de droit, à gauche.

Option suicide : Place Noël Blache, le marquage obligatoire pour les vélos s’interrompt. La rumeur dit que l’agent municipal responsable du marquage au sol se serait fait renverser, en plein travail, par un vélo.

Option prudence : direction la faculté de droit en empruntant les passages piétons.

Interruption momentanée de la piste cyclable, il faut bien préserver la place pour l’arrêt de bus. Vous pouvez mettre votre vélo sur l’épaule et emprunter le trottoir.

Devant la faculté de droit, enfin une aire de repos ! Soit l’emplacement permet aux malchanceux de réparer une roue crevée, soit il est réservé aux pouss-pouss qui déposent ici les étudiants en droit. Nous nous posons encore la question.

Retour au centre. Vous avez décidé de gravir le Mont Faron, mais arrivé devant le cimetière central votre courage vous abandonne, vous récupérez la piste cyclable.

Décidément vous n’avez pas de chance, 50 mètres plus tard celle-ci se termine déjà...

En fait, vous vous êtes rendu à un concert à l’Oméga Zénith. Au retour, si vous n’avez pas peur de prendre le rond point, un tronçon tout neuf vous attend.

Pour les amateurs de freestyle tout a été prévu, vous pouvez rejoindre le terre plein central et faire la démonstration de vos talents sur deux roues devant des automobilistes ébahis.

Si vous parvenez à vous extirper vivant du centre ville de Toulon, le Saint Graal vous attend : 15 km de pistes jusqu’à l’Almanarre ! Enfin quelque chose qui date d’avant le développement durable !